Black children in welfare system

 
 *******************************************************************************8
Apr. 12
 
Ontario Human Rights Commission / Commission ontarienne des droits de la personne

 

 

 

 

 

OHRC releases report on its inquiry into the over-representation of Indigenous and Black children in Ontario’s child welfare system

 

Interrupted childhoods Over-representation of Indigenous and Black children in Ontario child welfare

 

On April 12, 2018 the Ontario Human Rights Commission (OHRC) released Interrupted Childhoods: Over-representation of Indigenous and Black children in Ontario child welfareThe report outlines findings from its public interest inquiry into whether First Nations, Métis and Inuit (Indigenous) and Black children are over-represented at children’s aid societies (CASs), particularly in admissions into care.

 

Overall, the OHRC’s inquiry found that: 

  • Race-based data collection processes and practices are a patchwork across the sector
  • Indigenous and Black children and youth are over-represented in admissions into care at many agencies in Ontario.

 

“These findings are deeply concerning,” said OHRC Chief Commissioner Renu Mandhane. “For decades, families and communities have raised the alarm about Indigenous and Black children being over-represented in Ontario’s child welfare system. The long-term damage caused by separating children from their families is undeniable and was extensively documented by the Truth and Reconciliation Commission of Canada. The government and CASs must take urgent action.”

 

The underlying social issues that result in the over-representation of Indigenous and Black children in care are multi-faceted and need a multi-pronged approach. The OHRC calls on the Ontario government to develop a provincial strategy, with measurable and timely commitments, to identify and address how families’ social and economic conditions are linked to racial disproportionality and disparity in the system.

 

The findings also raise serious concerns for CASs. The OHRC urges CASs whose data showed notable disproportionalities to take concrete steps to:

  • Acknowledge the disproportionalities and the potential impact they have on the trust and lived experiences of families and communities
  • Investigate whether their structures, policies, processes, decision-making practices and organizational cultures adversely affect Indigenous and Black families, and potentially violate Ontario’s Human Rights Code.

 

The OHRC is developing policy guidance to help individuals, community groups and organizations identify, address and prevent racial profiling in Ontario’s child welfare sector.

Quotes

 

“Over-representation of Indigenous and Black children in Ontario’s child welfare system is real, and it is unacceptable. The data that exists matches the voices of Indigenous and Black young people in and from care, who recognize the systemic racism in their own lives that facilitated their entry into care.”

– Irwin Elman, Ontario Child Advocate

 “For years, Indigenous communities have been raising the issue of overrepresentation of Indigenous children in the child welfare system. Our experiences lead us to the conclusion that systemic bias does occur in the child welfare system and the OHRC’s recommendations address our serious concerns. The OHRC’s report is a welcome step in acknowledging the need for consistent race-based data collection, greater accountability from Children’s Aid Societies, and more transparency across the child welfare sector in how cases involving Indigenous children are handled.”

– Sylvia Maracle, Executive Director, Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres

 

“We welcome the OHRC report, which confirms the concerns that the African Canadian community has been raising about disproportionality and disparities in child welfare for decades. OACAS, through the One Vision One Voice project, is supporting agencies in their work towards better data collection and analysis so that we have a more fulsome and transparent reflection of over-representation across the province. The vision is that the Human Rights of African Canadian children and families in this province will be maintained and valued within child welfare.”

– Kike Ojo, Program Manager, One Vision One Voice

 

“OACAS and Children’s Aid Societies welcome the OHRC’s report. We are working to address the issue of overrepresentation of African Canadian and Indigenous children and families in child welfare through major initiatives like the Reconciliation Commitments and the One Vision One Voice program. We are also working in partnership with the Ministry to improve our processes for collecting race-based data. We are committed to changing the way we work so that child welfare will be an equitable system for all families in Ontario.”

– Mary Ballantyne, CEO, Ontario Association of Children’s Aid Societies (OACAS)

 

 

 

The Ontario Human Rights Commission promotes and enforces human rights to create a culture of human rights accountability.”

 

www.ohrc.on.ca       www.facebook.com/the.ohrc       twitter.com/OntHumanRights


 

 

La CODP publie son rapport d’enquête sur la surreprésentation des enfants autochtones et noirs au sein du système de bien-être de l’enfance de l’Ontario 

 

Enfances interrompues : Surreprésentation des enfants autochtones et noirs au sein du système de bien-être de l’enfance de l’Ontario

 

Toronto – Le 12 avril 2018, la Commission ontarienne des droits de la personne (CODP) a publié Enfances interrompues : Surreprésentation des enfants autochtones et noirs au sein du système de bien-être de l’enfance de l’OntarioLe rapport présente les conclusions de l’enquête d’intérêt public sur la surreprésentation des enfants des Premières Nations et communautés métisses et inuites (autochtones) et des enfants noirs dans les sociétés d’aide à l’enfance (SAE), particulièrement en matière de prise en charge.

 

Dans l’ensemble, l’enquête de la CODP a révélé :

  • qu’un ensemble disparate de processus et de pratiques de collecte de données relatives à la race est utilisé dans le secteur
  • que les enfants et jeunes autochtones et noirs sont surreprésentés parmi les enfants pris en charge dans beaucoup de SAE de la province.

 

« Ces conclusions sont très troublantes », affirme la commissaire en chef de la CODP Renu Mandhane. « Depuis des décennies, les familles et communautés sonnent l’alarme sur la surreprésentation des enfants autochtones et noirs au sein du système de bien-être de l’enfance de l’Ontario.Le fait de séparer des enfants de leur famille crée des torts à long terme incontestables, grandement documentés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Le gouvernement et les SAE doivent agir sans tarder. »

 

Les enjeux sociaux qui mènent à la surreprésentation des enfants noirs et autochtones parmi les enfants pris en charge sont multidimensionnels et exigent une approche à volets multiples. La CODP somme le gouvernement de l’Ontario d’élaborer une stratégie provinciale comportant des engagements mesurables et réalisables en temps opportun en vue de déterminer quel est le lien entre la situation sociale et économique des familles et les disparités et disproportionnalités raciales observées au sein du système de bien-être de l’enfance, et de le rompre.

 

Les conclusions tirées soulèvent aussi de sérieuses préoccupations pour les SAE. La CODP somme les SAE dont les données indiquent des disproportionnalités significatives de prendre des mesures concrètes afin de :

  • reconnaître les disproportionnalités et leur effet potentiel sur le vécu des familles et communautés, et leur confiance envers les SAE
  • revoir leurs structures, politiques, processus, pratiques décisionnelles et cultures organisationnelles pour déterminer s’ils ont un effet préjudiciable sur les familles autochtones et noires, et s’ils contreviennent éventuellement au Code des droits de la personne de l’Ontario.

 

La CODP a entrepris l’élaboration d’orientations politiques pour aider les membres de la collectivité, les groupes communautaires et les organisations à cerner et à éliminer le profilage racial au sein du système de bien-être de l’enfance de l’Ontario.

 

Citations

 

« La surreprésentation des enfants autochtones et noirs au sein du système de bien-être de l’enfance de l’Ontario est bien réelle, et est inacceptable.  Les données existantes cadrent avec les commentaires des jeunes autochtones et noirs qui ont été pris en charge et reconnaissent le racisme systémique qui est présent dans leur propre vie et qui a facilité leur prise en charge. »

– Irwin Elman, intervenant en faveur des enfants de l’Ontario

 

« Les communautés autochtones soulèvent depuis des années la question de la surreprésentation des enfants autochtones au sein du système de bien-être de l’enfance. Notre vécu nous a permis de conclure à l’existence de partis pris systémiques au sein du système de bien-être de l’enfance, et les recommandations de la CODP abordent nos graves préoccupations. Le rapport de la CODP est une étape positive du travail de reconnaissance de l’importance de recueillir des données uniformes relatives à la race, de responsabiliser davantage les sociétés d’aide à l’enfance et d’accroître la transparence relative à la façon dont on gère les cas impliquant des enfants autochtones dans l’ensemble du secteur du bien-être de l’enfance. »

– Sylvia Maracle, directrice générale, Fédération des centres d’amitié autochtones de l’Ontario

 

« Nous accueillons favorablement le rapport de la CODP, qui confirme les préoccupations que soulève la communauté afro-canadienne depuis des décennies à l’égard de la disproportionnalité et des disparités qui existent au sein des services de bien-être de l’enfance. Par l’entremise de son projetUne vision une voix, l’AOSAE appuie le travail des SAE visant à améliorer la collecte et l’analyse de données afin que nous puissions brosser un tableau plus complet et transparent de la surreprésentation à l’échelle de la province. L’AOSAE a pour vision de faire en sorte que le système de bien-être de l’enfance de la province valorise et respecte les droits de la personne des enfants et familles d’ascendance africaine. »

– Kike Ojo, gestionnaire de projet, Une vision une voix

 

« L’AOSAE et les sociétés d’aide à l’enfance accueillent favorablement le rapport de la CODP. Nous nous employons à résoudre le problème de la surreprésentation des enfants d’ascendance africaine et des enfants et familles autochtones au sein du système de bien-être de l’enfance par l’entremise de projets d’envergure comme nos engagements envers la réconciliation et le programme Une vision une voix. Nous travaillons aussi en partenariat avec le ministère pour améliorer nos processus de collecte de données relatives à la race. Nous sommes déterminés à changer notre façon de travailler afin de rendre le système de bien-être de l’enfance équitable pour toutes les familles de l’Ontario. » 

– Mary Ballantyne, chef de la direction, Association ontarienne des sociétés de l’aide à l’enfance (AOSAE)

 

Ressources connexes :

 

Lire et partagez notre communiqué de presse en ligne.

 

 

La Commission ontarienne des droits de la personne promeut et met en œuvre les droits de la personne, afin de créer une culture de responsabilité en matière de droits de la personne. » 

 

http://www.ohrc.on.ca/fr       www.facebook.com/LaCODP       twitter.com/LaCODP

 

 

The Ontario Human Rights Commission promotes and enforces human rights
to create a culture of human rights accountability.

La Commission ontarienne des droits de la personne promeut et met en œuvre les droits de la personne,
afin de créer une culture de responsabilité en matière de droits de la personne.

 


 

You are subscribed to the Ontario Human Rights Commission’s newsletter. To unsubscribe, click here.
If this message was forwarded to you, you can subscribe to the Ontario Human Rights Commission’s newsletter here.

 

Ontario Human Rights Commission
180 Dundas Street West, 9th Floor
Toronto, ON M7A 2G5
Phone: 1-800-387-9080, Emailcommunications@ohrc.on.caWebwww.ohrc.on.ca

  

All personal information we hold is governed by the Freedom of Information and Protection of Privacy Act

 

 
 
 
 
 
 
Pin It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *